Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

BD : Un grand Bourgogne oublié

2 Septembre 2014 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Livre

Une BD part sur les traces d’un bourgogne du millésime 1959, oublié et sans étiquette au fond d’une cave. Une fiction qui croise bien souvent la réalité…

Manu, vigneron bourguignon, rend visite à un ami dans le pavillon de chasse qu'il vient d'acquérir. La cave est pleine de veilles bouteilles prestigieuses. Lorsqu’il déguste l’une d’elle, à l’improviste, c’est la révélation. Manu est subjugué par ce vin du millésime 1959. Malheureusement, le vieux flacon n’a plus d’étiquette lisible. C’est le début d’une quête obsédante pour le vigneron : retrouver l’appellation, le terroir et le producteur de ce vin mystère. Il ne s’agit pas d’une simple curiosité : Emmanuel est sur le point d’acheter une parcelle de vignes sur laquelle il aimerait planter des pieds de pinots noirs issus de ce vignoble inconnu.

Le jeu de piste nous emmène à la rencontre de quelques personnalités du monde du vin : le caviste Bruno Queniou, son homologue Georges dos Santos, les vignerons bourguignons Jean-Louis Trapet, Bernard Michelot, Cécile Tremblay, l’œnologue David Croix, etc. Autant de personnalités que les lecteurs de Bourgogne Aujourd’hui ont croisé dans les colonnes de leur magazine.  Sans oublier le fameux Manu alias Emmanuel Guillot du domaine Guillot-Broux (Mâconnais).

Le lecteur se prend, sans aucun mal, au jeu de cette enquête menée par le vibrionnant Manu. Les dialogues sont parfois cocasses. Le rythme soutenu du scénario, mêlant fiction et personnages bien réels,  parvient à faire oublier les quelques raccourcis et grosses ficelles de l’histoire. Nul besoin d’être un fin connaisseur en œnologie pour en saisir les ressorts. Les lecteurs avertis pourront regretter des aspects didactiques un peu pesants. La BD n’évite pas non plus l’écueil d’une certaine « folklorisation » et caricature du monde du vin. Quelques erreurs factuelles sont aussi à signaler (comme cet improbable « cône de déjection volcanique » à Gevrey-Chambertin).
Cet album figure parmi les bonnes références dans le rayon, de plus en plus fourni, des bandes dessinées sur le vin. A ouvrir et à déguster rapidement, comme un vin fruité et gouleyant, en appellation village. La catégorie grand cru restant pour l’heure occupée par Les Ignorants
d’Etienne Davodeau

Par Manu Guillot, Hervé Richez, Boris Guilloteau.
Editions Bamboo. 18,90 €

Partager cet article

Commenter cet article