Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

Des vendanges parasitées ?

11 Septembre 2014 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #millésime 2014

La Bourgogne bénéficie d’une météorologie inespérée en ce début de vendanges. Les raisins gagnent en sucre et l’état sanitaire des grappes reste stable. Mais une petite bête suscite l’inquiétude…

Ces quinze derniers jours de temps ensoleillé et sec ont fait beaucoup de bien en Bourgogne : les raisins finissent de mûrir dans des conditions idéales. Les sécateurs sont en action dans quelques-uns des domaines les plus prestigieux de la région. Le domaine Leflaive (Puligny-Montrachet) ou encore les Hospices de Beaune ont commencé leurs vendanges hier matin.
Thierry Moreau, œnologue-conseil se dit « bien confiant pour ce millésime, si aucun accident climatique ne survient ». Implanté à Meursault, il a un œil particulièrement expert sur les blancs de la Côte de Beaune. « Les chardonnays atteignent 12 à 13° potentiels avec de bonnes acidités ». Des raisins parfaitement équilibrés, avec de la fraicheur. « Le profil de vin qui plait aux amateurs en ce moment et qui se montre capable d’un bon vieillissement ».

Un ciel sans nuage ou presque… Lorsque l’on se promène dans les vignes, il n’est pas rare d’avoir le nez qui picote. La faute à la « pourriture acide » comme l’appellent les vignerons. Elle serait provoquée par des drosophiles, plus communément nommées « mouche du vinaigre ». Une nouvelle espèce, originaire d’Asie, semble avoir trouvé le chemin de la Bourgogne. Elle est très friande d’espèces fruitières et donc de raisins. Peut-on trier les raisins altérés, comme on le fait avec la pourriture grise ? « Très difficile », répond Roland Masse, régisseur des Hospices de Beaune.

« Il faudra surveiller les acidités volatiles », précise Thierry Moreau pas plus perturbé que cela. En attendant d’évaluer un impact éventuel sur la qualité des vins, le sujet de conversation numéro un des vendanges 2014, entre vignerons, est bien là.

 

Photo : Drosophile sur une vigne de la Côte de Beaune le 10 septembre.

 

Partager cet article

Commenter cet article