Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

Vin de viticulteur ou vin de négociant : les cartes se brouillent

2 Avril 2015 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Bio, #polémique, #Histoire

Négociant ou viticulteur, cette répartition a longtemps structuré la production des vins de Bourgogne. Mais les "genres" se mélangent de plus en plus…  

"Un négociant, c'est un vigneron qui a réussi" a-t-on longtemps dit en Bourgogne. Dira-t-on un jour qu'un vigneron est un négociant qui a réussi ? Les évolutions de la Bourgogne en ce début de siècle peuvent le laisser penser. Dernier exemple en date : le cas Alex Gambal. Nettement moins "maison de négoce" et beaucoup plus "domaine", Alex Gambal vient de reprendre les sept hectares du domaine Christophe Buisson (Saint-Romain) *. "Alex Gambal a exprimé sa volonté de changer de modèle" précise Alexandre Brault, co-gérant de la maison.
Le modèle précédent, c'était celui hérité du 19e siècle. Le négoce achetait du vin en vrac auprès d'une foule de petits vignerons qui ne s'occupaient absolument pas de commerce (la mise en bouteille à la propriété n'a gagné du terrain qu'après la deuxième guerre mondiale).
Quand le négociant parcourait le monde, prospectait de nouveaux marchés, le viticulteur restait un homme de la terre.
Le modèle d'aujourd'hui, c'est l'importance stratégique, vitale même pour un négociant, d'avoir un pied, au moins, dans les vignes.
La raréfaction des sources d'approvisionnement et les prix atteints par les vins ne sont pas étrangers à cette situation. En effet, la course aux approvisionnements est de plus en plus exigeante pour les négociants. D'autant que ces 10 dernières années ont vu se multiplier les créations d'activités de négoce par des vignerons. Des micro-négoces face aux grandes maisons traditionnelles. Cette multiplication concourt toutefois, tout comme les faibles récoltes des derniers millésimes, à assécher le marché du vrac.

Dans la Bourgogne du marché mondialisé d'aujourd'hui, le point crucial n'est finalement pas d'avoir des clients mais de disposer, avec régularité, de bons vins pour les servir…

* Des vignes situées entre Puligny-Montrachet et Nuits-Saint-Georges en passant par Saint-Romain, Auxey-Duresses, Beaune et Savigny-lès-Beaune. Par ailleurs, la maison a acquis environ un hectare de vignes cet hiver. Des parcelles situées en appellation volnay, pommard et bourgogne. L'ensemble de ces vignes étaient certifiées en viticulture biologique, le domaine demeurera intégralement en bio.
Christophe Buisson poursuivera une activité de négoce...

Partager cet article

Commenter cet article