Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

Les Hospices de Beaune se voient offrir une 45e cuvée

23 Juillet 2010 , Rédigé par Laurent Gotti

Une nouvelle vigne vient d'entrer dans le giron des Hospices de Beaune. Un don venu d'outre-atlantique… Ces vignes sont situées sur l'appellation Santenay.

bouteilles.jpgC'est un courrier d'un certain William D. Friedberg, domicilié aux Etats-Unis, plus précisément dans le Massachussetts, qui annonce la donation : 60 ares de vignes en AOC Santenay rouge sur le lieu-dit Les Hâtes (situé au nord de la commune). Largement présent sur la Côte de Beaune, l'appellation Santenay manquait encore au tableau de chasse du domaine des Hospices.

Francophile et acheteur des vins des Hospices de Beaune depuis 20 ans, le donateur souhaite que la cuvée porte le nom de sa femme, disparue il y a deux ans : Christine Friedberg (le courrier précise que c'est bien l'orthographe française du prénom qu'il faut noter). La vente 2010, le 21 novembre prochain, verra donc un Santenay Les Hâtes cuvée "Christine Friedberg" enrichir le catalogue.

Le prolongement d'une longue histoire. Tout a commencé en décembre 1457, lorsqu'une certaine Guillemette veuve d'Humbert le Verrier, faisait don d'un quart d'hectare de vignes à l'Hôtel-Dieu de Beaune (érigé 5 ans plus tôt). Les Hospices sont aujourd'hui à la tête de 60 hectares, essentiellement classés en premiers et grands crus) : mazis-chambertin, pommard, meursault, pouilly-fuissé, etc.

 Photo : Une caisse de vins des Hospices (photo JD Camus http://www.hospices-beaune.com/)

 

 

 

 

 

Lire la suite

Sur la terre comme au ciel…

19 Juillet 2010 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Grand cru

L'histoire du vignoble bourguignon est intiment liée à celle des ordres monastiques (Cluny puis Cîteaux). Mais le rôle primordial des moines est-il bien celui auquel on pense ? Pas vraiment.

Clos-de-Vougeot-ete-copie-1.jpgDes hommes durs à la tâche, défrichant la côte pour y découvrir les meilleurs terroirs. Des agronomes hors pair maitrisant les cépages et la conduite de la vigne. Des experts en vinification connaissant toutes les recettes de fabrication du vin…

Lorsqu'on évoque l'influence des moines sur le vignoble bourguignon, toutes ces images viennent immanquablement à l'esprit. Et pourtant en questionnant un expert des moines cisterciens (du nom de Cîteaux, abbaye située à quelques kilomètres de Nuits-Saint-Georges fondée en 1098), rien dans les traces qu'ils nous ont léguées ne permet de perpétuer de telles affirmations. Il faut dire que l'image du moine bichonnant sa vigne et faisant son vin en un tour de main, c'est efficace en matière de marketing.

Cet expert, c'est Benoit Chauvin : il a passé près de 50 ans à étudier les moines de Cîteaux. Un sujet d'étude inépuisable car l'ordre a essaimé dans toute l'Europe. Pas moins de 750 abbayes masculines depuis la Sicile jusqu'aux pays baltes, en passant par par le Portugal, l'Irlande, etc.

Finalement que retient-il de l'héritage de ces moines ? Ils ont été les premiers à donner au commerce du vin de Bourgogne une telle ampleur. En même temps qu'ils multiplient les plantations de vignes, ils vont se doter de comptoirs dans les villes. Dans ces comptoirs, les villageois s'approvisionnent en vin car la règle de Saint-Benoit (base de la vie monastique de nombreux ordres) autorise la vente de surplus. La démarche a d'autant plus de succès qu'à partir de la fin du 12e siècle les villes renaissent et voient l'apparition de la bourgeoisie.

Alors non seulement nos moines avaient certainement quelques capacités agronomiques et œnologiques mais ils avaient surtout compris que le nerf de la guerre et la meilleure façon de pérenniser leurs activités, c'était de vendre…

Photo : Le Clos de Vougeot, cellier des moines de Cîteaux, bâti à partir de 1170.

Lire la suite

Bourgognes bio : l'offre s'élargit

7 Juillet 2010 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Bio

Le chiffre va faire bondir les puristes du bio : les ventes de vins de bourgognes certifiés en viticulture biologique ont progressé de 66% en grande distribution l'année dernière.

Le chiffre confirme la lame de fond bio qui traverse le vignoble bourguignon. La demande pour les vins issus de la viticulture biologique est croissante. Ils pèsent lourd dans le marché : 10% du chiffre d'affaires bio de la grande distribution. Grâce à un rythme soutenu des conversions d'exploitations, la IMG_2128.JPGBourgogne est chaque année mieux armée pour y répondre. La spectaculaire progression de 66% des ventes de bourgognes bio, enregistrée l'année dernière, le montre. Le total se monte à 138 000 bouteilles vendues. N'en déplaise aux puristes, c'est un pas de plus vers la démocratisation du bio. Ce sont presque exclusivement des vins d'entrée de gamme qui se retrouvent ainsi dans les linéaires :  bourgognes et bourgogne hautes-côtes.

Qui sont donc ces acheteurs ? L'institut IRI a mené l'enquête. Ce sont des femmes presque exclusivement (90%) contre 76% pour la moyenne alimentaire. Leurs motivations : elles recherchent des produits bons pour la santé et qui respectent l’environnement (74% pour les 2 affirmations), mais la qualité nutritionnelle (40%) et le goût/qualité (39%) sont à leurs yeux secondaires.

En attendant bio ou pas bio la thématique viticulture durable continue de s'installer dans les esprits bourguignons. Hier, le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB) tenait son assemblée générale. Il a été question d'objectif à l'horizon 2015. En quelques mots le but est : "Etre la référence mondiale des grands vins issus d'une viticulture durable".

Les débats se sont tenus sous les yeux du Catalan Jean-Louis Salies, président du Comité national des interprofessions des vins à appellation d'origine (CNIV). Ce dernier a conclu avec cette expression de félicitation aux Bourguignons : "Comme on disait par chez nous quand on labourait, il faut savoir lever les yeux plus haut que le cul de son cheval".

 Photo : Labours au cheval dans les vignes de Beaune en mai dernier. Témoignage des évolutions des pratiques culturales en Bourgogne. 

Lire la suite