Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

La Romanée-Conti à son rythme

19 Janvier 2011 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Grand cru

Un documentaire de 52 minutes sur la Romanée-Conti est diffusé sur France 3 à partir de samedi. Le mythe est-il télégénique ?

Table-de-tri.JPG"Le film ne dévoile pas les mystères de la Romanée-Conti. J'ai juste essayé de retransmettre un parfum". Thomas Bravo-Maza a le mérite de ne pas donner un point de vue définitif sur son sujet. Il est le réalisateur d'un documentaire de 52 minutes sur le plus fameux des domaines bourguignons, on pourrait sans doute écrire du monde. Pourquoi  ce domaine est-il devenu une icône de la Bourgogne ? La question reste posée. Le film permet toutefois de s'approcher au plus près du mythe et de vivre les grands étapes de son élaboration. Thomas Bravo-Maza a tourné les premières images en mars 2009 pour conclure en juillet 2010. Le temps de mettre 43 heures de rushs en boite. Il a également recueilli les témoignages de quelques personnalités qui ont fréquenté le domaine et ses vins : Bernard Pivot, Bruno Quenioux (l'ex-monsieur vin de Lafayette Gourmet, aujourd'hui caviste), le dégustateur et écrivain suisse Jacques Perrin, etc. Le documentaire fait aussi une large place à la musique.

Mais c'est finalement la monteuse du film, Marie Da Costa, qui en parlerait mieux. En répondant à une question sur le rythme du film (au cours d'un déjeuner de presse le 18 janvier dernier), ses réponses m'ont particulièrement séduit. "Les images avaient leur rythme interne. Il fallait simplement le respecter". Elle a aussi avoué avoir eu un coup de foudre pour Aubert de Villaine, après avoir visionné les quelques heures d'interviews du co-gérant du domaine. "C'est un homme en résistance par rapport au temps qui s'accélère, par rapport au monde". Et si c'était cela finalement le secret de la Romanée-Conti (et de bien d'autres grands vins) : une histoire de tempo à ne pas brusquer. Prendre le temps, n'est-ce pas finalement l'essence du luxe ?

 

Photo : Passage des raisins sur la table de tri pendant les vendanges au domaine de la Romanée-Conti (à gauche : Bernard Noblet le vinificateur). LG.

 

Diffusions :

- Le 22 à 15h25 sur France 3 Bourgogne, France-Comté, Champagne-Ardenne, Rhône-Alpes et Auvergne.

- Le 24 janvier à 00h35 sur France 3 national.

- Le 8 février à 8h45 sur France 3 Bourgogne France-Comté, Champagne-Ardenne, Nord Pas-de-Calais, Picardie, Alsace et Lorraine.

- Le 19 février à 15h25 sur France 3 Lorraine

- Et sur le site France3.fr région Bourgogne du lundi 24 janvier au lundi suivant.

 

  

 

 

Lire la suite

Le Clos de Vougeot sous toutes ses coutures

15 Janvier 2011 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Grand cru, #Histoire

Une carte éditée par la Confrérie des Chevaliers du Tastevin permet de voyager parmi les producteurs et les lieux-dits du fameux clos.

carte-vougeot.JPG

La confrérie des Chevaliers du Tastevin vient d'éditer une carte du Clos de Vougeot. En format 60 x 80 cm, elle reprend le parcellaire précis des producteurs de ce fameux grand cru de la côte de Nuits et ses différents lieux-dits (carte réalisée initialement pour Bourgogne Aujourd'hui n°92) . Chaque lieu-dit est matérialisé par une couleur différente sur la carte. Le Château, en fait une ancienne cuverie de l'Abbaye de Citeaux, figure en haut à droite.

L'occasion d'apporter une précision sur les notions de climat (voir le précédent post) et de lieu-dit. Le plus souvent elles se confondent. Un climat est généralement délimité par le lieu-dit dont il porte le nom. Dans le cas présent, le climat s'appelle Clos de Vougeot, mais il regroupe plusieurs lieux-dits. D'ailleurs certains producteurs les mentionnent sur leurs étiquettes. Le domaine Gros Frères et Sœur (Vosne-Romanée) dispose à sa gamme d'un Clos de Vougeot - Musigni. Anne Gros (Vosne-Romanée) revendique Le Grand Maupertui (oui c'est vrai, la Bourgogne est parfois un peu compliquée !). D'autres lieux-dits du clos sont moins valorisants et ne sont pas mentionnés. Pas de trace des "Chioures" sur une étiquette par exemple…

  Anne-gros.JPG   

Cette carte est disponible (28 €) sur le site de la confrérie (www.tastevin-bourgogne.com) ou à la boutique du Château du Clos de Vougeot.

 

φ Actualité autour du livre

27 janvier : Conférence à la Chambre de commerce et d'industrie de Beaune à 18h30 (2 rue du Tribunal) sur le thème "Hospices de Beaune, la saga d'un Hôpital-Vigneron", précédée (à 17h30) d'une visite guidée de l'exposition photo de Thierry Gaudillère, "Itinéraire de vignerons, les Hospices civils , un domaine viticole en Bourgogne", au musée du vin de Beaune.   

 

 

 

Lire la suite

Bonne année les "climats" !

9 Janvier 2011 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Climats au patrimoine de l'humanité, #Histoire

Au cours des 12 prochains mois doit être déposé le dossier qui décidera du classement d'une partie du vignoble bourguignon, et de ces fameux "climats", au patrimoine de l'Humanité. L'étymologie du mot livre un précieux éclairage.

Logo-climats-copie-1.JPGL'origine du terme "climat", un peu mystérieusement utilisé par les Bourguignons comme synonyme de terroir, s'éclaire grâce à l'étymologie. Selon le Dictionnaire historique de la langue française (Alain Rey, Editions Le Robert) *, son origine est grecque : "Klima" signifiait, et signifie toujours en grec moderne, "inclinaison". Il s'est ensuite traduit en latin par "clima" : inclinaison de la voûte céleste.

Pendant très longtemps son usage en français a pris une nuance proche de cette racine. "Climat désigne une zone terrestre déterminée par des facteurs géographiques comme sa situation par rapport aux corps célestes et considérée sous l'angle des conditions atmosphériques. Plus généralement, il a le sens de région (fin XIVe) voire par extension de pays. (…) Ainsi la théorie des climats, essentielle dans les sciences sociales du XVIIIe siècle, est géographique et non pas météorologique." L'article précise aussi que jusqu'au XVIIe le terme désignait une mesure agraire. Il semble que son sens moderne, vu comme un ensemble de conditions météorologiques, n'apparaîsse seulement qu'à la fin du XVIIIe siècle.

"Climat", employé à la bourguignonne, n'a donc plus rien de bien suprenant tant la connotation géographique de ce terme a primé dans l'évolution de la langue française. Il ne s'agit donc pas de la survivance d'un mot patois, seulement de l'utilisation d'un terme à la racine greco-latine au plus près de l'un de ses sens historiques.

 

* Cette définition a été citée par Sylvain Pitiot, lors de la conférence organisée par l'Association pour la candidature des climats du vignoble de Bourgogne au patrimoine mondial de l'Unesco, le 10 décembre dernier. 

  

Lire la suite