Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

Millésime 2012 : La Romanée a été vendangée

24 Septembre 2012 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Grand cru, #Millésime 2012, #Bio

Le domaine Comte Liger-Belair (Vosne-Romanée) a entamé sa récolte en milieu de semaine dernière. La Romanée, grand cru emblématique de la Côte de Nuits, a été vendangée samedi (22 septembre). Louis-Michel Liger-Belair nous fait part de ses première sensations sur ce millésime : des bonnes maturités, des raisins peu nombreux, aux peaux épaisses et saines, mais un peu trop d'eau ces derniers jours. Un optimisme raisonnable régnait donc hier dans la cour du Château de Vosne-Romanée. Après une année bien chaotique, un dénouement plutôt heureux s'annonce, si le ciel ne s'agite pas trop pour les trois journées de récolte restantes… Quelques innovations en matière de vinification sont même programmées.

Lire la suite

Vendanges 2012 : un millésime mémorable

23 Septembre 2012 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Millésime 2012

La récolte bat son plein depuis quelques jours en Bourgogne. Sentiment général chez les vignerons : "Ouf, on y est". Certes mais où ?

Pinot noir Gevrey 2012Une phrase de vigneron bourguignon cette année 2012 ressemblait à ça : "En 30 ans de métier, je n’avais encore jamais connu une année comme celle-là". Ou encore : "C’est la première fois que je suis à ce point pressé de voir les raisins dans la cuve". Le millésime restera dans la mémoire de bon nombre de producteurs. Toutes les calamités pouvant s'abattre sur la vigne semblent s’être donné le mot ces derniers mois : gel printanier (en mai), floraison délicate, humidité au moment de la pleine pousse, grêle, mildiou, oïdium et même sécheresse par endroit en fin de cycle (Chablis a ainsi connu son mois d'août le plus sec depuis 1976). N'en jetez plus ! Mais, même quand la coupe était pleine, le ciel aura été cruel jusqu'au bout pour certains. Un dernier petit coup de grêle s'est abattu sur les bas de Santenay et de Chassagne la semaine dernière.

Une donnée est déjà acquise, la Bourgogne va connaitre à nouveau une petite récolte en volume. Avec toutefois de fortes variations selon les secteurs et au sein même de chaque vignoble. Sur certains villages, les rouges de la Côte de Beaune notamment, les rendements devraient être historiquement bas.

Et  la qualité dans tout ça ? Les faibles rendements ont favorisé la maturité. Les raisins se sont concentrés en sucre facilement. D'autant que le mois de septembre a été, comme très souvent, lumineux et sec. L'état sanitaire des fruits, pourtant fragilisés par une saison particulièrement chaotique, s'est maintenu. Chez ceux qui ont essuyé les caprices du climat, le tri s'est évidemment s'imposé.

Certains producteurs ont décidé de récolter par tranche en fonction de l'avancée disparate des maturités. Au final, dans des vignobles comme la Côte Chalonnaise, relativement épargnée par les intempéries et la pression des maladies, les producteurs affichaient presque de l'euphorie au vu de la maturité et de l'état de leurs raisins. Dans le même temps, les acidités se sont maintenues à de bons niveaux promettant des vins bien équilibrés et concentrés. La météo s’annonce pluvieuse pour les  prochains jours. La soupe à la grimace pourrait donc être de retour. Pour l’heure toutes généralités semblent donc vaines à propos de ce millésime 2012. A suivre donc.

Photo : Un raisin à Gevrey-Chambertin (1er cru Lavaux-Saint-Jacques) version 2012.

 

Lire la suite

Ce classement de Saint-Emilion pourrait être le dernier

7 Septembre 2012 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Ailleurs

AiPour Olivier Decelle, propriétaire du Château Jean Faure, le tout nouveau classement de Saint-Emilion pourrait-être le dernier. Ou disparaître à jamais…

Oliver DecelleCe jeudi 6 septembre restera dans les annales du vignoble bordelais. La révision du classement des Châteaux de Saint-Emilion a enfin été rendue publique. Parmi les nouveaux classés, Jean Faure, propriété depuis 2004 d'Olivier Decelle. L'ex-dirigeant de Picard Surgelés, par ailleurs propriétaire du Mas Amiel (Roussillon), était en Bourgogne la semaine dernière*. L'occasion de recueillir son sentiment sur les dernières péripéties saint-émilionnaises. Et surtout d'évaluer les chances de voir un point final être dorénavant posé sur cette affaire. Elle secoue la rive droite de Bordeaux  depuis des années (la révision de 2006 a été annulée après contestations devant les tribunaux). Rien n'est moins sûr…

Outre le déclassement de certains châteaux, les deux têtes d'affiche de ce vignoble (Cheval Blanc et Ausone) doivent faire de la place à deux nouveaux châteaux admis dans la catégorie ultime.   

"Le classement peut sauter par le haut et par le bas, confie Olivier Decelle. Les premiers grands crus classés A, Cheval Blanc et Ausone, seraient rejoints par Pavie et L'Angélus (au moment de l'interview la nouvelle n'était pas encore officielle). Ce qui leur déplairait fortement. Ils refuseraient alors leur classement et demanderaient à ne plus y paraître. Ce nouveau classement ne serait plus porté par les grands. Le risque est assez sérieux."

Devant les enjeux financiers, les perdants ne battraient pas en retraite si facilement. "Ceux qui ne sont plus classés seront toujours tentés de le remettre en cause, poursuit Olivier Decelle. Les Châteaux Classés sont automatiquement vendus par le négoce. Certains se laissent aller, le classement a un effet d'endormissement sur eux. Lorsqu'ils sont déclassés, c'est la catastrophe. Vous ne vendez plus vos vins et au bout d'un moment, vous n'avez plus qu'à vendre votre propriété. Il y a énormément d'argent en jeu. La demande des propriétaires classés serait maintenant que cette révision soit inscrite dans le marbre, comme elle l'a été dans le Médoc (Ndlr : depuis 1855). Ce classement pourrait être le dernier."

On imagine mal la révision du classement de Saint-Emilion survivre à une énième procédure judiciaire qui la rendrait caduque. Tout comme il paraît difficilement concevable que cette appellation se lance de sitôt dans un autre processus de révision qui a largement plombé l'ambiance dans le village…

* Olivier Decelle a créé avec son ami Pierre-Jean Villa, la maison Decelle-Villa (Nuits-Saint-Georges).

Lire la suite