Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

De la vigne à la cave

5 Octobre 2010 , Rédigé par Laurent Gotti

Les vendanges se terminent. Les Hospices de Beaune ont coupé leurs derniers raisins le 29 septembre. Au Clos de Tart, elles se sont concluent le premier jour d'octobre. Images et commentaires...

 

Les dernières caisses de raisins de la cuvée Dames Hospitalières (Beaune premier cru) ont fermé le ban aux Hospices de Beaune. Après avoir récolté les blancs le plus rapidement possibles (pour les préserver au maximum des effets délétères des pluies orageuses du 24 septembre), Roland Masse, régisseur du domaine a aussi avancé la récolte des grands crus de la côte de Nuits : mêmes causes, mêmes effets.

Les maturités sont bonnes, "mais on sent que les raisins sont fragiles malgré des niveaux d'acidité élevés", explique-t-il. Il a donc pris l'option de faire partir les fermentations assez rapidement.

Au Clos de Tart (Morey-Saint-Denis), les vendanges se sont achevées le 1er octobre. La vendange a nécessité un peu de tri à la vigne (quelques foyers de pourriture), pour autant la table de tri est restée dans la remise de la cuverie. Il était temps de récolter, mais sur ce terroir exceptionnel les raisins se sont bien tenus.

Sylvain Pitiot poursuit ses expérimentations entamées en 2005 sur la vinification en vendange entière (sans éraflage). Les raisins, rigoureusement issus de la même provenance, sont ventilés dans deux cuves distinctes. Soit ils subissent un éraflage à 100% (la cuve 1 sur le film), soit ils sont mis en cuve tels qu'ils étaient sur leurs ceps (cuve 2). Voilà qui promet de futures dégustations comparatives riches d'enseignements. Le reste des cuvées sera issu d'un éraflage à 50%.

A ce stade la dégustation ne permet pas de situer le niveau qualitatif du millésime. Le premier enseignement de ces vendanges est davantage quantitatif : la récolte se confirme comme étant une des plus faibles en volume des années 2000. Aux Hospices, elle est inférieure de 35 à 40% à l'année dernière. A l'échelle de la Bourgogne, il faudra certainement remonter à l'exceptionnel millésime 2003 pour constater un volume récolté plus faible. 

Partager cet article

Commenter cet article