Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

De la vigne à la cave (2)

17 Octobre 2010 , Rédigé par Laurent Gotti

Tout frais, tout beau, le jeune millésime 2010 est passé au stade de l'élevage. Il lui reste à se préciser et à s'affiner. Retour dans les caves de Michel Ecard pour assister à l'entonnage : la mise en fût.
      

Macérations et fermentations sont terminées (pour les rouges). Les vins commencent à dévoiler leurs profils. Chez Michel Ecard, le premier cru Serpentières est d'un rubis profond (voir sur le film), expressif au nez, charnu en bouche, les tannins offrent un touché soyeux. Une incontestable réussite. Il ne serait pas surprenant de voir 2010 se positionner juste derrière les millésimes de références de la décennie 2000 : 2009 ou 2005. Il mériterait sans doute sa place sur le podium, à la bagarre avec 2002 ou 2006.

Même optimisme aux Hospices de Beaune. Roland Masse, le régisseur, est convaincu que certaines cuvées seront au niveau des 2009. La dégustation des volnay, plus particulièrement les cuvées de Santenots (Gauvain, Jehan de Massol) semble lui donner raison. Le corton Clos du Roi (Baronne du Baÿ) et le mazis-chambertin (Madeleine Collignon) sont également plus que prometteurs.

Les blancs se dégustaient difficilement. La plupart étaient encore en fermentation. Ils ne manquent pas d'acidité. C'est un euphémisme… Quelques semaines d'élevage seront nécessaires pour qu'ils s'affinent et dévoilent leur véritable potentiel. On peut toutefois attribuer une mention encourageante au corton-charlemagne (François de Salins) et au bâtard-montrachet (Dames de Flandres). Mais ces derniers sont excellents tous les ans, ou presque…

 

Partager cet article

Commenter cet article