Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

Et si c'était comme en 1956 ?

14 Janvier 2012 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Millésime 2012, #Ailleurs

Après deux mois d'hiver doux, le froid intense de février a dévasté le vignoble. C'était en 1956. Le funeste scénario est-il en train de se répéter ?

Vignes-grand-corbin-despagne.JPG"Les vignes pleurent déjà", s'inquiète François Despagne. Ce mercredi 11 février au matin le ciel est dégagé, l'herbe et les pieds de vignes du Château Grand Corbin Despagne (Saint-Emilion) sont légèrement givrés. Conséquence d'un hiver bien peu rigoureux, la sève remonte dans les ceps. Quelques gouttes tombent des sarments fraîchement taillés. D’où les vignes en pleurs… Elles ont manifestement le sommeil très léger cette année. On pourra se questionner un peu plus tard sur la survenue d'une nouvelle année précoce. Mais une anxiété plus immédiate s'est emparée des vignerons de Bordeaux*, comme des Bourguignons, qui vivent une situation identique. L'ombre menaçante d'une sévère gelée plane maintenant sur les vignes. Si un froid vif devait saisir la France, les vignes gonflées de sève et d'humidité pourraient ne pas y résister. "Les anciens dans le village disent que cela leur rappelle 1956", avance Olivier Berrouet, à la direction technique du Château Pétrus à Pomerol. Février 1956, plus exactement. Cette année là, après deux mois d'un hiver très doux, une vague de froid a saisi toute l'Europe occidentale, provoquant des dégâts énormes dans le vignoble, les plantations d'arbres fruitiers et d'oliviers. L'air froid est arrivé par l'est et le thermomètre est descendu, en quelques heures, en-dessous de -15° degrés. Ce froid s'était finalement installé tout le mois de février 1956 (lire aussi). Les agriculteurs effarés entendaient leurs arbres éclater. Il aura fallu plusieurs décennies pour que la vallée du Rhône s'en remette. En Bourgogne, la vente des vins de Hospices de Beaune 1956 avait été annulée : récolte trop médiocre et en trop faible quantité. Un tel scénario peut-il se reproduire ? Il reste de longues journées hivernales avant de pourvoir l'écarter…

* J'ai fait cette semaine une petite infidélité à la Bourgogne pour rejoindre mes camarades formateurs chez Prodégustation, leader du cours d'œnologie en France, pour lequel je collabore depuis quelques mois.

 

Photo : Les vignes du Château Grand Corbin Despagne à Saint-Emilion.

Partager cet article

Commenter cet article