Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

Prix des vins : 2012 va faire valser les étiquettes

17 Octobre 2012 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Millésime 2012, #polémique

Vous trouviez que les vins de Bourgogne étaient chers ? Ce n'est certainement pas le millésime 2012 qui va vous faire changer d'avis.

Verre-prix.jpgLa question de la cherté des vins de Bourgogne n'est pas nouvelle. Elle va immanquablement se reposer avec la donne imposée par la récolte 2012. Ce millésime enregistre une faible voire très faible production selon les secteurs. La Côte de Beaune est particulièrement touchée avec des pertes de 50 à 70% sur de nombreuses parcelles. La récolte est bien entamée également sur les rouges de Côte de Nuits. En côte Chalonnaise et Mâconnais les pertes sont davantage localisées. Seul Chablis se situe à un niveau de récolte "normal".

Ce millésime survient dans un contexte marquant le retour vers des sommets des exportations bourguignonnes. Sur les 7 premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires est en hausse de 17% par rapport à 2011. Un nouveau record est en vue, situation que la région n'avait pas connu depuis 2007-2008. Les Etats-Unis, l'Asie (Chine mais aussi Japon) tirent les chiffres vers le haut. Mais la nouveauté notable arrive du Royaume-Uni avec une forte valorisation (+21% en valeur) après avoir été le théâtre d'une bataille de prix ces dernières années.

Dans ce contexte, la faible récolte 2012, s'inscrivant dans la lignée d'autres millésimes peu productifs : 2011 (en rouge) et 2010, n'est pas une bonne nouvelle.

Les prix ont déjà augmenté dans les transactions entre la viticulture et le négoce. Ils se répercuteront tôt ou tard sur les consommateurs en bout de chaine. Dans quelles proportions ? Tout dépendra du niveau d'appellation. Des augmentations substantielles sont plus que probables sur les appellations prestigieuses compte tenu des faibles volumes produits. Les grands et premiers crus rouges de la Côte de Nuits par exemple. Ou encore les grands vins blancs de la côte de Beaune. Ceux là même qui ont connu les plus fortes progressions ces dernières années.

Interrogé sur le sujet, Pierre-Henry Gagey, PDG de la maison Jadot et président du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne, doutait cependant que les marchés puissent absorber de fortes hausses sur des appellations intermédiaires. A moins que la presse n'encense ce millésime déjà hors du commun dans les prochaines semaines… Elle pourrait alors creuser encore les appétits et inciter les professionnels de la distribution à tout rafler, peu importe le prix. C'est le cas de figure rencontré en 2005 et 2009.

A la base de la pyramide , ce millésime pourrait être l'occasion de positionner les appellations régionales à un niveau plus haut de gamme. Pas forcément un avantage pour les amateurs de bon vin à prix modéré, mais une bonne opportunité pour les producteurs de ce type d'appellations restés bien souvent en dehors des mouvements de hausse constatés plus haut dans la hiérarchie. Conclusion valable pour tous : faites déjà vos économies si vous souhaitez regarnir votre cave ces prochains mois...

Partager cet article

Commenter cet article