Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

Les caves coop sont-elles bio-compatibles ?

1 Septembre 2013 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Bio

Les caves coopératives bourguignonnes se tiennent, pour l’heure, à l’écart du mouvement de progression du bio en Bourgogne. Un constat qui s’impose en consultant notre liste des producteurs bio.
L’appel a été lancé aux producteurs bio. L’idée étant de dresser une liste des domaines et maisons, certifiés ou en cours de certification, à l’appui de l’article sur la viticulture bio paru dans le dernier Bourgogne Aujourd’hui. Un travail de clarification nécessaire tant ce mot, bio, est parfois utilisé à tort et à travers. Ce régime étant légalement encadré par des dispositions européennes et soumis à contrôle par des organismes certificateurs indépendants, vérifier les allégations des uns et des autres n’a rien de sorcier. Nous avons reçu un grand nombre de réponses avec les attestations officielles adéquates.

On y trouve de nombreux domaines de petites tailles mais aussi de superficie importante. Des producteurs familiaux bien connus (Comtes Lafon, Leflaive, Goisot, Trapet, Lafarge, D’Angerville, etc.), quelques maisons de négoce (Magnien, Decelle-Villa,etc.), mais une seule et unique cave coopérative : La Cave de Genouilly en Côte chalonnaise.

Le poids des caves coopératives est pourtant loin d’être négligeable en Bourgogne : elles produisent environ le quart des vins de Bourgogne. Elles sont notamment très implantées dans le Mâconnais.

La Cave de Genouilly (Côte chalonnaise), petite cave de 95 hectares, a vinifié séparément les 85 ares de Bourgogne Chardonnay qu’un de leurs adhérents cultive officiellement en bio depuis le millésime 2011 (voir ici).

Le vin a été sélectionné (après dégustation à l’aveugle) pour figurer dans la gamme de la Maison de la Côte chalonnaise (Chalon-sur-Saône) ou à la boutique de la cave. Preuve pour les derniers réfractaires que la qualité est souvent au rendez-vous chez les "bios".

Louis Patissier, à la direction, reconnait qu’il n’a pas été évident de faire naître cette cuvée. Pour des raisons techniques (peu de raisins à presser) mais aussi sans doute "culturelles". Le conseil d’administration a toutefois donné son accord et décidé de positionner ce vin dans le haut de la gamme de la cave.

La production de cette cuvée, 2 800 bouteilles, est à peine une goutte d’eau dans le volume produit par les caves coop. On se prend à rêver de l’impact qu’aurait une politique volontariste des caves de se lancer massivement dans l’élaboration de gammes bios… La Chablisienne (Chablis) a tenté l’expérience il y a quelques années, mais n’a pas persévéré.


Dans ce blog, je vous ai déjà fait part de l’expérience, un peu douloureuse, de Sébastien et Delphine Boisseau, jeunes vignerons du Mâconnais. Faute d’avoir vu leur travail en bio valorisé, ils ont décidé de quitter la coopérative où avant eux leurs parents et grands-parents étaient actifs.

Nouvelle étape dans la vie de l'exploitation : la mise en bouteille de leur premier millésime (2012) a été effectuée la semaine dernière. Goûtés sur fût au printemps dernier, les vins étaient particulièrement prometteurs. Mes coups de cœur ont porté surtout sur les cuvées de rouges, en particulier le gamay ("Mouton noir").

Je vous les recommande vivement
. En espérant que leur expérience fasse bouger quelques lignes parmi les coopérateurs…


* Le domaine s’appelle "La Vigne Mouton" à Bray (71250) - Tél. 03 85 50 06 02.

Delphine et Sébastien proposent deux cuvées de blancs en appellation mâcon-Bray : "Vigne Mouton", une sélection parcellaire issue d'un terroir du même nom, et la cuvée "112" (comme l'âge des vignes avec lesquelles elle est produite).  Deux cuvées également en rouge : le "Mouton noir" (gamay donc) et la cuvée de bourgogne-pinot noir "Terre de Chazeux". La gamme devrait se positionner entre 9 et 12 euros.
 

Partager cet article

Commenter cet article