Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

Articles avec #cepage tag

Pages et cépages

30 Septembre 2013 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Livre, #Cépage

 A l’heure où la Bourgogne s’apprête à se pencher sur les fruits de ses vignes pour les récolter, un livre donne les clés de compréhension des cépages.

Saviez-vous que la grenache, cépage emblématique de Châteauneuf-du-Pape, est originaire d’Espagne ? Que le chardonnay est un des enfants du pinot noir ? Que le « Portugais bleu » est un cépage… autrichien.
Autant d’informations que l’on retrouve dans l’ouvrage de Charles Frankel  « Guide des cépages et terroirs ». Charles Frankel est géologue, spécialiste du système solaire. Ce franco-américain délaisse de temps à autres les planètes lointaines - Mars en particulier - pour se passionner pour le vin. En 2011, il publiait "Terres de vigne" (Editions du Seuil). Un ouvrage de vulgarisation, au sens noble du terme, sur la géologie viticole (lire ici). Le revoilà avec ce livre qui trouvera sa place dans bon nombre de bibliothèques d’amateurs de vins. Un remarquable travail de synthèse qui bénéficie notamment des récentes avancées de la recherche génétique pour déterminer les parentés entre les différentes vignes.
Je constate régulièrement que la notion de cépage nécessite un peu de pédagogie, y compris auprès des amateurs de vins. Pour l’expliquer, je fais souvent la comparaison avec les variétés de pommes : certains pommiers donnent des fruits jaunes (golden), d’autres rouges (gala), d’autres verts (granny smith). Chacune de ces variétés a ses caractéristiques de culture, donne des fruits aux goûts différents. Une diversité que l’on retrouve aussi dans le monde de la vigne.   
L’ouvrage de Charles Frankel en fait une excellente synthèse.
Une centaine de cépages sont ainsi passés en revue : leur origine, leur aspect, les zones d’implantation, la vinification mais aussi les arômes qui les caractérisent et les terroirs sur lesquels ils donnent les meilleurs résultats. Le tout est largement illustré (photos, schémas, mais aussi coupes géologiques). La première partie du livre revient aux origines de la vigne, les familles de cépages, les travaux de la plante et les maladies qui la guettent. « Je serai moi-même un fréquent utilisateur de ce guide », écrit Hugh Johnson dans la préface. Je compterai aussi parmi ceux-là.

Edition Delachaux et Niestlé, 30 €

Lire la suite

Chardonnay : Mais jusqu'où ira-t-il ?

27 Février 2012 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Cépage

La production de blanc a atteint un record historique en Bourgogne avec le millésime 2011. Mais l'hégémonie du cépage chardonnay pourrait être un handicap à l'avenir pour la région... 

Caisse-chardonnay-copie-1.JPGLe millésime 2011 a enfoncé le clou. La production de blanc a battu un nouveau record en Bourgogne. Elle s'est établie tout près de la barre du million d’hectolitre (970 000 hl, +6% par rapport à la moyenne sur 5 ans).

Alors blanche ou rouge, la Bourgogne ? Posée à des amateurs de vins français, la question se solde par une grande majorité de réponses "rouge" (pour 70% des consommateurs français de vin). La réalité est pourtant toute autre : la Bourgogne produit deux fois plus de blancs que de rouges ! Plus de 62% de la production bourguignonne est blanche contre 29% (le reste en crémant).

Nuits-Saint-Georges, Vosne-Romanée, Pommard, etc., toutes ces appellations parmi les plus célèbres du vignoble sont bel et bien plantées en pinot noir. Mais les valeurs montantes, en termes de volume, sont toutes blanches. Au sud, les crus du Mâconnais - Pouilly-Fuissé, Saint-Véran, etc. Au nord Chablis, bien évidemment.

Mais la Côte de Beaune n'a pas échappé à la tendance. Symbole de cette évolution : Chassagne-Montrachet. Le revirement de couleur y a été spectaculaire : au début des années 1980, cette appellation du sud de la Côte de Beaune était rouge à près de 70%. La proportion s'est quasiment inversée en 30 ans. Aujourd'hui, 62% du vignoble de Chassagne est planté en chardonnay.

Verre-blanc.JPGDeux facteurs ont été particulièrement favorables au chardonnay : des coûts de production plus faible (plus de rendements, moins de tri, etc.) mais aussi une demande croissante. Ces dernières décennies, la progression des exportations bourguignonnes a été portée par un trio bien établi : Royaume-Uni, Etats-Unis, Japon. Autant de pays qui consomment en majorité des bourgognes blancs.

Le chardonnay doit-il crier victoire pour autant ? Pas certain. Depuis quelques mois, l'Asie et la Chine en particulier s'entiche de la Bourgogne. Des régions du monde où les rouges se taillent la part du lion.

Si la Bourgogne veut pouvoir répondre durablement à cette nouvelle demande, elle devra y réfléchir à deux fois avant de se jeter un peu plus dans les bras du chardonnay.

Lire la suite