Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
365 jours en Bourgogne

Articles avec #millesime 2011 tag

Atterrissage en douceur aux Hospices

21 Novembre 2011 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Hospices de Beaune, #Millésime 2011

Avec une baisse modérée de 6%, les Hospices de Beaune ont préservé l'essentiel : le chiffre d'affaires de la vente atteint près de 5 millions d'euros. Tout proche des sommets.

 

IMG_4914.jpgLa 151e vente des Hospices de Beaune s'est soldée sans trop de dégâts. Le prix moyen des vins a baissé de  6%. Mais avec près de 5 millions d'euros de chiffre d'affaires, cette édition 2011 se situe dans le "top 3" des ventes les plus lucratives de l'histoire des Hospices. Tout proche des records de 2009 et 2000. Résultat d'un millésime productif. Il y avait beaucoup de vins à la vente cette année : 761 pièces (fût de 228 litres), soit 118 de plus que l'an dernier.

Cet atterrissage en douceur conforte le choix des Hospices de Beaune de faire appel à Christie's qui, en fidélisant ainsi une nouvelle clientèle particulière, évite les effets de yo-yo brutaux comme la vente en a connu par le passé. Depuis 2005, date d'entrée en lice de la maison anglaise, c'est seulement la deuxième vente (après 2008), à se conclure par une baisse.

La pièce de charité a été adjugée 110 000 euros pour une société londonienne de négoce, The Antique Wine Company. Son fondateur, Stephen Williams et Albéric Bichot, négociant bourguignon qui élevra et mettra en bouteille ce vin, ont reçu les félicitations de l'assemblée. Le fruit de la vente de ce fût de corton Clos du Roi "Baronne de Baÿ" sera reversée à France Alzheimer et Mécénat Chirurgie Cardiaque.

Inès de la Fressange

 

 

 

Cette vente était placée sous la présidence de l'ancien mannequin Inès de la Fressange et du comédien Christian Clavier.

Lire la suite

Le palmarès des cuvées des Hospices de Beaune 2011

17 Novembre 2011 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Hospices de Beaune, #Millésime 2011

Notations et enseignements après dégustation des 45 cuvées 2011 des Hospices de Beaune.

 

La note maximale est ++++

 

Les rouges

Impressions générales : des vins plaisants, avec une expression aromatique assez ample et nette pour les cuvées qui n'étaient pas marquées par le boisé (vins en tout début d'élevage, rappelons-le). Les matières en bouche sont assez tendres, souples, d'une concentration moyenne. Le rapprochement avec le profil du millésime 2007 apparaît assez judicieux : des vins spontanés, de plaisir et d'une garde sans doute moyenne.

 

Mes coups de cœur : Beaune premier cru Rousseau-Deslandes, Volnay premier cru Blondeau, Pommard premier cru Dames de la Charité, Mazis-Chambertin grand cru Madeleine Collignon.

 

Degustation-Hospices-2011.JPGSantenay Christine Friedberg.++

Nez floral. La bouche est franche, d'une belle vigueur sur des tannins assez fins.

 

Pernand-Vergelesses Rameau-Lamarosse ++

Nez toasté, marqué par le bois. La bouche offre un bon volume avec de la fraicheur.

 

Savigny-lès-Beaune premier cru Fouquerand

Vin strict, dur. Le nez s'exprime sur un registre assez simple (bonbon anglais). A revoir.

 

Savigny-lès-Beaune premier cru Arthur Girard

Nez de petits fruits rouge. La bouche est plus en retrait (manque de matière).

 

Savigny-lès-Beaune premier cru Forneret +

C'est le plus ample des trois savigny : le volume est là. Le boisé est toutefois marqué à ce stade. A suivre.

 

Monthelie premier cru Lebelin ++

Une bonne surprise. Le nez est assez intense sur des notes de fruits mûrs. La bouche est dense et persistante.

 

Auxey-Duresses premier cru Boillot ++

Une belle présence en bouche avec des tannins fermes, solides mais sans dureté. Un vin compact et prometteur.

 

Beaune premier cru Cyrot-Chaudron +++

Une intéressante entrée en matière pour la série des beaune. Les tannins sont soyeux et racés. Une texture profonde sur une touche fumée en finale.

 

Beaune premier cru Maurice Drouhin ++

De notes de cerise et de vanille au nez. Le vin est plein, équilibré, avec des tannins un peu austères toutefois.

 

Beaune premier cru Hugues et Louis Bétault+++

Beaucoup de délicatesse en bouche comme au nez. Un vin déjà harmonieux et tendre. Il fera une bouteille plaisante, à boire assez rapidement.

 

Beaune premier cru Brunet ++

Un vin friand et délicat, avec le même profil que la cuvée précédente mais avec un peu moins de fond.

 

Beaune Grèves premier cru Pierre Floquet +++

Le nez est complexe et fin avec une dominante épicée. La bouche  offre beaucoup de volume, de profondeur. Les tannins sont fermes, serrés. Une bonne base.

 

Beaune premier cru Clos des Avaux ++

Des notes florales, soutenues par un boisé vanillé, montent au nez spontanément. La bouche est toute en rondeur, gourmande mais manque un peu de longueur.

 

Beaune premier cru Rousseau-Deslandes ++++

Certainement la cuvée la plus réussie de la série des beaune. Un vin complet avec une bonne densité en bouche sur des tannins fondus. Le fruit s'exprime dans la pureté et la complexité.

 

Beaune premier cru Dames Hospitalières ++

Un vin tout en fruit, délicat, mais qui laisse un peu sur sa faim côté concentration. Un peu simple pour un premier cru.

 

Beaune premier cru Guigone de Salins +++

Généralement une des plus belle cuvées de beaune aux Hospices. Elle s'exprime en 2011 dans un registre un peu plus robuste qu'à l'accoutumé. Guigone a les épaules larges cette année.

 

Beaune premier cru Nicolas Rolin +++

Le nez évoque des notes de réglisse. La bouche est équilibrée, tonique, sur des tannins denses et racés. Une cuvée prometteuse.

 

Volnay premier cru Général Muteau +++

Un vin suave, avec un nez d'une belle intensité sur des notes de cerise noire. Les tannins sont fins et gourmands en bouche. Du plaisir.

 

Volnay premier cru Blondeau ++++

Le vin le plus complet, à ce stade, de la série des Volnay. La bouche offre beaucoup de matière, de mâche. Les tannins sont racés. Une cuvée très prometteuse.

 

Volnay premier cru Santenots Jehan de Massol +++(+)

Un vin dont le potentiel ne semble pas s'exprimer pleinement. La bouche est riche, les tannins sont soyeux mais pas encore bien en place.

 

Volnay premier cru Santenots Gauvain +++

Un joli nez sur les petits fruits rouges ouvre la dégustation. La bouche est compacte et harmonieuse. Une belle présence.

 

Pommard Raymond Cyrot

Bouche sèche et étriquée. A revoir…

 

Pommard Suzanne Chaudron ++(+)

Le nez est épicé, assez réservé aussi. La bouche est carrée, bien dans l'idée du pommard à la structure affirmée.

 

Pommard Billardet +++

Le nez est fin sur des notes de violette. La bouche s'inscrit dans la lignée : une élégance toute florale.

 

Pommard premier cru Epenots Dom Goblet +++

Le nez est délicat sur des arômes de framboise, de petits fruits sauvages. La bouche déçoit un peu par sa consistance moyenne. Un vin gracieux et racé.

 

Pommard premier cru Dames de la Charité ++++

Un vin compact, musculeux, complet et dense. Comme en 2011, sa structure masculine lui assure une belle personnalité. Très beau et très typé pommard.

 

Corton grand cru Charlotte Dumay ++

Un vin en boule, la matière est un peu rustique. Un vin un peu renfrogné aujourd'hui. A revoir.

 

Corton grand cru Docteur Peste+(+)

Un corton marqué par la vivacité, l'austérité. Pas très avenant aujourd'hui.

 

Corton Clos du Roi grand cru Baronne du Baÿ +++

Un nez sur la poudre à canon. La bouche est dense, les tannins sont serrés. Il doit se déployer au cours de l'élevage.

 

Clos de la Roche grand cru Cyrot-Chaudron et Georges Kritter ++

Au nez des arômes discrets mais fins (sur le floral). La bouche est sérieuse, un peu ingrate. Assez décevant aujourd'hui. Peut-être avec quelques mois de plus…

 

Mazis-Chambertin grand cru Madeleine Collignon ++++

Il n'est qu'à ressortir la fiche de dégustation de l'année dernière tant cette cuvée est d'une grande régularité dans le raffinement, la complexité et la richesse. Les tannins sont d'une remarquable finesse, soyeux, serrés. La finale est longue, réglissée. Superbe.

 

 

Les blancs

Impressions générales : On entend beaucoup dire, depuis les vendanges, que 2011 est un millésime de blanc. Cela méritera d'être confirmé tant cette série nous a promené sur des montagnes russes. Les différences de concentration d'une cuvée à l'autre sont marquées. Les vins sont aussi beaucoup plus souples que de l'année dernière. La présence de sucre résiduel dans bon nombre de cuvées n'a pas aidé à affiner le jugement.

 

Mes coups de cœur : Meursault Loppin, Corton-Charlemagne grand cru François de Salins.

 

francois de salinsSaint-Romain Joseph Menault +++

Le nez est frais, citronné. La bouche affiche un beau volume, de l'épaisseur. De l'équilibre et l'harmonie. (4 g/l de sucre restant)

 

Pouilly-Fuissé Françoise Poisard

Dominé par le bois, peu de fond. A revoir.

 

Meursault Loppin ++++

Des arômes de poire, de vanille au nez. La bouche offre de belles rondeurs, de la gourmandise mais aussi de la fraîcheur. La finale est tonique. Excellent. (2,7 g de sucre)

 

Meursault Goureau

Nez sur les fruits exotiques. La bouche est chahutée, de l'acidité d'un coté, du moelleux de l'autre. Approche difficile.

 

Meursault-Porusots premier cru Jéhan Humblot ++

Le nez évoque la minéralité et les fruits secs. La bouche est ciselée, campée sur une trame tonique. Une bonne base.

 

Meursault-Genevrières premier cru Baudot ++

Le nez est expressif avec des notes de salade de fruits. La bouche présente un volume assez moyen pour l'instant. Un bébé qui devra s'affirmer.

 

Meursault-Genevrières premier cru Philippe Le Bon

Habituellement l'une des plus jolies cuvées de blancs aux Hospices. Il avait encore 8 g de sucre non fermenté par litre au jour de la dégustation. Impossible d'avoir un discernement fiable.

 

Meursault-Charmes premier cru Albert Grivault ++++

Le nez est expressif, évoquant une belle maturité des raisins avec une touche de fruits secs. La bouche est particulièrement harmonieuse et équilibrée.

 

Meursault-Charmes premier cru Bahèzre de Lanlay

6,3 g de sucre non fermenté par litre…

 

Corton-Vergennes grand cru Paul Chanson +++

Joli nez sur des notes toastées et de pierre à fusil. La bouche est pleine, grasse. L'équilibre est là également (pas de lourdeur). Très plaisant.

 

Corton-Charlemagne grand cru Roi soleil +++

Un corton-charlemagne comme on les aime : tendu, ciselé, pur. Il n'y plus qu'à souhaiter qu'il conserve cette netteté cristalline au cours de l'élevage.

 

Corton-Charlemagne grand cru François de Salins ++++

Comme bien souvent, ce deuxième "charlemagne" montre un surcroit de profondeur, de "sève". Un vin concentré, pur et tendu. Très prometteur.

 

Bâtard-Montrachet grand cru Dames de Flandres

La concentration, la puissance du bâtard-montrachet avec… 3,7g de sucre par litre encore aujourd'hui. On ne doute pas qu'il donnera de grandes bouteilles mais il est présomptueux de juger de son équilibre pour l'heure. 

 

Tout ces vins seront mis aux enchères dimanche prochain (20 novembre sous la halle de Beaune). Lire aussi

Lire la suite

Hospices de Beaune : stop ou encore ?

4 Novembre 2011 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Hospices de Beaune, #Millésime 2010, #Millésime 2011

Beaucoup de vins mis en vente et un contexte économique très incertain… Difficile d'imaginer la vente aux enchères des Hospices de Beaune 2011 enchainer une troisième hausse consécutive.

Tablo recordLa vente aux enchères des Hospices de Beaune 2010 a été un moment de grâce. Venant après un millésime 2009 particulièrement attractif, la hausse de 11,25 % du prix moyen des vins a été une surprise. Elle a conforté le choix des Hospices de faire appel à Christie's, fidélisant ainsi une nouvelle clientèle particulière. Depuis 2005, date d'entrée en lice de la maison anglaise, une seule vente (2008), s'est terminée dans le rouge.

Un moment de grâce aussi pour cause d'anniversaire : c'était la 150e édition. L'événement a créé une émulation. La pièce de charité, adjugée à 400 000 €, a pulvérisé son record.

L'édition 2011, le 20 novembre, aura-t-elle des allures de lendemains qui déchantent  ? C'est fort possible. Peu de ventes des Hospices de Beaune se sont déroulées dans un contexte économique aussi perturbé. La situation n'était guère brillante l'année dernière direz-vous… Certes, mais à l'évidence elle s'est encore dégradée depuis. La Bourse de Paris était à 3860 points à la veille du week-end de la vente des vins 2010 (le 19 novembre). Elle est aujourd'hui aux alentours de 3100 points.

L'effet volume est aussi défavorable cette année. En 2010, année de petite récolte,  643 pièces (fûts de 228 litres) étaient mises en vente. Elles sont 761 cette année. C'est la quatrième vente la plus dotée dans l'histoire des Hospices.

On ne peut guère invoquer l'effet millésime pour aiguiser les appétits. 2011 est un millésime intermédiaire : bon sans être exceptionnel.

Le seul signal positif tient à la bonne tenue des ventes de Bourgogne à l'export. Au cours des 7 premiers mois de l'année les expéditions ont progressé de 17% en valeur flirtant avec les records atteints en 2007. Avec un bémol de taille tout de même, ces chiffres sont tirés vers le haut par la mise sur le marché des premiers et grands crus du médiatique millésime 2009.

Bref, Inès de la Fressange et Christian Clavier, les deux présidents d'honneur de la vente, risquent d'avoir fort à faire pour égayer l'après-midi…

Lire la suite

Fin de vendanges en Côte de Nuits

10 Septembre 2011 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Millésime 2011, #Grand cru

Les vendanges se terminent en Bourgogne. La semaine écoulée a été sèche et ensoleillée. Les raisins se sont bien concentrés. Mais pas de quoi pour autant parler de millésime du siècle…

 

Derniers coups de sécateurs ce week-end en Côte de Nuits. La météo de la semaine a été favorable et les raisins ont bien gagné en sucre ces derniers jours. Au Clos de Tart, grand cru de Morey-Saint-Denis, Sylvain Pitiot, régisseur, a retardé à plusieurs reprises la récolte des 7,5 hectares du clos. Fidèle à sa volonté de rechercher une maturité la plus accomplie possible il a finalement donné le coup d’envoi jeudi dernier. Soit une bonne semaine plus tard que nombre de ses collègues. Les raisins affichaient des degrés potentiels supérieurs à 12,5°, avec des pics à 13° dans les jeunes vignes.

Globalement, les pinots noirs présentaient un bon état sanitaire mais ont réclamé davantage de tri que l’année dernière, ou encore que 2009 parfaitement sain. Pas de mystère : l’arrivée d’un temps humide à partir de la mi-juillet a provoqué l’apparition de la pourriture grise sur certains pieds. Heureusement, Sylvain Pitiot a changé son fusil d’épaule en cours de route : parti pour ne pas effeuiller en raison de la sécheresse (opération qui consiste à couper les feuilles situées à hauteur des raisins pour favoriser leur aération et insolation), il a finalement décidé de le pratiquer au vu du changement brutal de temps.

A quel niveau qualitatif se situe 2011 ? Bien malin qui peut le dire aujourd’hui. La vérité sera dans le verre et nulle part ailleurs. Encore un peu de patience donc… En attendant voici en vidéo quelques scènes de vendanges captées au Clos de Tart hier sous un soleil radieux.

 

 

Lire la suite

Millésime 2011 : c'est parti aux Hospices de Beaune !

30 Août 2011 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Hospices de Beaune, #Millésime 2011

Les vendanges ont débuté hier aux Hospices de Beaune. Les dernières semaines pluvieuses ont handicapé un millésime qui n'annonçait très prometteur.

IMG_4368.JPGLes raisins rentrent, sous le soleil, depuis hier à la cuverie des Hospices de Beaune. Blancs en tête : pouilly-fuissé, meursault. En rouge, les volnay et les beaune ont suivi. Les maturités n'enregistrent pas des records, mais restent parfaitement honorables. Entre 11,5 et 12° d'alcool potentiel pour les rouges, les blancs se situant plus facilement vers 12,5°. L'action des pluies orageuses des dernières semaines a dilué le sucre dans les raisins. De même, les acidités ont largement chutées ces derniers jours.

Pour Roland Masse, le régisseur, la satisfaction vient de l'état des raisins : il craignait une forte présence de pourriture à cause de l'humidité. Il n'en est rien. Le tri reste facile à opérer et ne concerne finalement qu'un petit pourcentage de grappes. Sans doute faut-il y voir l'effet de la bonne épaisseur des peaux des baies. L'année a en effet été marquée par un printemps particulièrement sec. Une première tendance se dégage sur le profil du millésime : les 2011 seront certainement assez moyennement puissants et plutôt souples. "Peut-être un mixte entre 2002 et 2007", pronostique Roland Masse. A confirmer…

 

Photos : Raisins de la cuvée Beaune Bétault récoltés ce jour aux Hospices de Beaune. 

 

 

Lire la suite

Dans les vignes (fin)

31 Décembre 2010 , Rédigé par Laurent Gotti Publié dans #Millésime 2011

Notre année se termine là où tout commence : dans les vignes. C'est la période de la taille. Un travail très important qui pose les fondations de la future récolte. Le millésime 2011 se prépare déjà... Retour dans les vignes du premier cru Serpentières à Savigny-lès-Beaune.
  

Un grand merci à Michel Ecard pour cette séance de taille improvisée malgré une température négative. Et plus généralement pour sa disponibilité tout au long de l'année !

 

Lire la suite